OBJECTIFS DU MILLENNIUM POUR LE DEVELOPPEMENT: Attentes des pauvres et partenariat

Les pauvres attendent l'émergence de gouvernements plus justes et plus responsables



22Septembre 2010, ONU
EVALUATION DES OMDs, Table ronde Partenariat
Contribution Caritas Internationalis
« On t’a fait savoir, homme, ce qu’il faut faire : rien d’autre que d’aimer avec tendresse, d’accomplir la justice et de marcher humblement avec ton Dieu »
(Mi 6,8)

Au regard de la physionomie sociale du monde et particulièrement de celle de l’Amérique du Sud et de l’Afrique, il y aurait certainement lieu, aujourd’hui, de poser deux questions à tous les chefs d’Etat qui président à la destinée des peuples qui leur ont fait confiance en les élisant :
« Où en êtes – vous avec la lutte pour l’épanouissement des enfants, des femmes, des hommes, des malades et des handicapés dans vos pays ?
Avez-vous déjà jeté un coup d’œil sur les indicateurs de satisfaction de la demande sociale dans vos pays respectifs ?
Le chefs d’Etat qui ont manipulé les urnes et se sont imposés à la volonté populaire ont déjà un carton rouge, parce que d’office, ils ne peuvent pas respecter la liberté de leur peuple et leur droit à l’accès à de meilleures conditions d’existence humaine d’ici 2015. Leurs indicateurs sont aussi d’office et dramatiquement au rouge.
Quant aux autres chefs d’état et aux responsables des Institutions Financières mondial, veuillez m’autoriser à faire un rappel.
Et ce rappel me semble, sur le plan éthique et politique, important et déterminant pour notre marche commune ou globale et responsable vers une victoire sur les obstacles qui empêchent l’épanouissement des personnes et des peuples les plus pauvres sur cette terre et qu’il ne faut pas taire.
Pour Caritas Internationalis qui est toujours présente et active au milieu des pauvres qui sont ciblés par ceux-là qui ont pris l’initiatives des OMD, les PAUVRES ne sont pas des êtres abstraits. Les pauvres ont un visage du Nord au Sud et de l’Ouest à l’Est de notre planète, Terre. Les pauvres, ce sont des millions d’enfants qui sont privés d’affection et de croissance normale par le VIH/SIDA, le paludisme l’exploitation des richesses de leur sous sol par des groupes financiers, dépourvus de l’intelligence du cœur et par des guerres de toutes sortes.
Les pauvres, ce sont des millions d’enfants qui ne peuvent à aller l’Ecole et avoir accès au savoir et au savoir faire, les plus grands outils dont il faut disposer pour aspirer au développement humain.
Les pauvres, ce sont des millions d’enfants, de jeunes et d’adultes, femmes et hommes qui ont faim ou meurent de faim tous les jours, alors que d’autres sont dans l’opulence et indifférents à leur sort, oubliant que leur bonheur se construit sur l’exploitation des richesses des terres habitées par des populations démunies et sur la dégradation de leur environnement.
Les pauvres ce sont des millions de paysans qui sont privés de terre ou de semences de qualité, et qui ne peuvent pas se nourrir dignement, à la sueur de leur front, et qui se sentent humiliés de devoir dépendre constamment d’une certaine aide au développement, humiliante, et qui n’arrive pas souvent aux vrais destinataires.
Les pauvres ce sont des millions d’enfants, de femmes et d’hommes qui meurent tous les jours de la malaria ou de la faim alors que les chefs d’Etat investissent l’argent du contribuable pour leur sécurité propre et leur volonté hégémoniste, en finançant des guerres inutiles et des forces policières et militaires budgétivores au lieu de financer la santé et la sécurité alimentaire.
Les clignotants d’indicateurs de victoires dans la lutte pour réduire la pauvreté sont, sur le terrain que fréquente Caritas, encore au rouge, et il faut en déduire, que des millions de personnes sur tous les continents vivent encore dans des conditions infra humaines et qu’il est urgent de corriger le comportement des Politiques et des détenteurs de la puissance financière mondiale.
BAN KI-moon a tout récemment dit, le 3 septembre 2010, en Australie, lors de la 63° Conférence annuelle DPI/ONG qu’il y a des avancées, enregistrées dans la poursuite des OMD mais qu’il y avait aussi un grand retard dans leur atteinte quant au délai 2015.
Alors,dans le cadre d’un partenariat Public/Privé /ONG en vue d’accélérer l’atteinte des OMD, à l’horizon 2015, il me semble important et prioritaire de regarder cette triste et dramatique réalité en face et prendre en charge, et d’urgence, la composante : « gouvernants » et dès maintenant.
Les OMDs, soutenus politiquement par les déclarations de Paris et d’Accra, ne seront pas atteints en 2015, parce que la volonté politique est absente sous tous les cieux, couverts par le nuage de la globalisation politique et économique, mu surtout par les fameux G8, G15 et par des puissances financières, poussées par leurs lobbyistes, tapis dans l’ombre, et dont le développement colossal échappe même au contrôle des Politiques, dits, géants de ce monde.
Consciente de ce phénomène, et pour manifester la volonté de tous de vivre un partenariat Public/privé/ONG, efficace pour le développement des peuples sur tous les continents, Caritas fait donc et courageusement appel à un nouveau MDGs : Mellenium development Governments autrement dit : des gouvernements du millenium pour le développement.
Car, les Politiques, premiers partenaires stratégiques pour le développement, ceux qui nous gouvernent et génèrent par leurs mauvaises politiques les pauvres dans l’espace global mondial, doivent suivre un programme de conversion vers le développement avec comme objectifs à atteindre dans les 05 ans à venir:
• Changer leur vision de l’homme qui ne sera plus conçu, comme un objet ou un tremplin pour l’accès au pouvoir et à la jouissance, mais comme un être humain dont la dignité, la liberté et le droits à de meilleures conditions d’existence sont considérés comme sacrés et inviolable ;
• Changer leur vision du pouvoir et le convertir en service du bien –être des populations pour éviter que l’érosion politique actuelle continue de raviner les conditions d’existence déjà précaires des pauvres et leurs aspirations à recevoir des réponses concrètes et robustes à leurs demandes sociales ;
• Installer dans la conscience des gouvernants la culture de l’amour de l’homme et de son progrès à acquérir par la qualité de l’éducation, de la formation et la culture du travail et non par la corruption, le laxisme et l’irresponsabilité ;
• Installer chez les gouvernants, la culture de l’administration, du respect des contrats et conventions, et de la séparation des pouvoirs pour une gouvernance concertée et vraiment participative avec un respect scrupuleux du principe de la subsidiarité ;
• Promouvoir l’Intervision gouvernementale à partir d’instances politiques régionales et internationales qui bénéficient d’un réel pouvoir contraignant pour le suivi du financement des politiques sectorielles de développement et l’accès de tous aux biens du développement;
• Promouvoir l’acceptation du monitoring participatif des budgets sectoriels des états au nord comme au sud par des organisations de la société civile, compétentes et indépendantes pour accroître la transparence, la reddition des comptes, et l’efficacité de l’aide au développement
• Promouvoir des partenariats, basés sur la reconnaissance et l’acceptation des stratégies de développement et des priorités des pays en développement ;
• Promouvoir chez les gouvernants de ce monde, l’acceptation de la différence comme richesse pour le développement humain et par voie de conséquence, la reconnaissance de la mobilité humaine, virtuelle ou effective, comme facteur de développent, favorisant l’émergence d’un monde plus juste et où il fait bon vivre pour tous et non pour quelques uns seulement.
• Réduire de 90% les Politiques (Gouvernants ou Stratégies) générateurs d’injustices et d’inégalités sociales, qui plongent le monde dans le désastre de la mauvaise répartition des biens de la terre, destinés à tous.
Abbé Ambroise TINE
.



Mardi 28 Septembre 2010
Ambroise Tine
Lu 2175 fois

Actualités | Projets en cours | Réalisation | Activités | Emergency Appeal | Publications | Evénements | Forum | Projets en requête de financement | Présentation de la Caritas | Réseau national | Espace presse | Partenariat | Publications principales | Caritas au Sahel | Medias


Bienvenue !

Mot de Bienvenue

Mot de Bienvenue
Madame, Monsieur,

Au nom de mes collaborateurs, Abbé Alphonse Seck, Secrétaire Général et l'ensemble des membres de notre Confédération Caritas Sénégal, je vous souhaite la bienvenue et vous exprime notre joie de vous accueillir.

Ce site a pour objectif de vous aider  à trouver des informations sur la vie, la mission, les projets et programmes, les activités, les évènements de Caritas Sénégal et bien d'autres choses encore.

A travers ce site, nous voulons également promouvoir l'esprit Caritas ainsi qu'un élan de solidarité en faveur de ceux qui sont loin de tout et contribuer au développement intégral de l'homme.

Sur le chemin du service de l'Amour et la Solidarité au Sénégal et dans le monde, .vos idées et suggestions nous sont précieuses et les attendons pour mieux progresser ensemble.

Bonne visite et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne tous les jours!
 
Son Excellence Mgr Jean-Pierre Bassène,
Evêque du diocèse de Kolda
Président de la Commission de Pastorale Sociale de la Conférence Episcopale
 





Newsletter


Les plus récentes

Pour participer au développement intégral de l'homme au Sénégal et dans le monde dans un esprit constructif et respectueux de la dignité humaine.




Siège National : Km 11, route de Rufisque | BP : 439 Dakar | Tel : (221) 33 834 00 20 | Fax : (221) 33 834 41 97 | Email : info@caritas-senegal.org
Copyright © 2007-2017 Caritas Sénégal - Tous droits réservés - Création Baol Networks