JOURNEE CARITAS AU SENEGAL: Une grande mobilisation pour l'exercice solidaire de la charité

Un autre monde est possible dans notre environnement immédiat.



JOURNEE CARITAS AU SENEGAL: Une grande mobilisation pour l'exercice solidaire de la charité
Chers frères et sœurs en Christ
Amis croyants

« Un autre monde est possible : Nous sommes tous coresponsables ».
Nous avons entendu et réentendu. Je crois même que nous en sommes tous en convaincus.
« Waw ! Beneen Addina mën na nekk : No wara and tabax ko ».
Dëgg la, nun ñeepp noo wara and défarat suuf si te topato askan wi.

Tel est le thème propose cette année pour la journée proposé cette année pour la journée nationale de la Caritas. Un thème très pertinent et plus que d’actualité puisqu’il s’inscrit dans la droite ligne des travaux du forum social mondial tenu à Dakar il ya quelques semaines.
Oui, la Caritas a vu juste en participant ainsi à mieux vulgariser ce qui a été vécu et dit à Dakar en février dernier.

1) Oui, un autre monde est possible /mën na nekk/ parce que notre monde est malade mais pas incurable. Mën nanoo face té wéral gañgañ ak fébar u sunu addina si.
Aka no bare té doy war ! (cf mandement de Carême)
- Injustices et Inégalités : Nakk njub ak ñakk yemale
- Absence de paix véritable : Jamm ju Tumuranke
- Disqualification du dieu de vérité : Niâk Wakirlu
Ci Yallu Dëgga gi, Yalla, Coofel
Gi nu Krista bi feñal
(cf La situation socio politique au Magreb, en Afrique, au Sénégal)
2) Oui, un autre monde est possible/mën na nekk/parce que nous, disciples du Christ qui est la lumière du monde, nous constituons la majorité de la population du monde et donc, si nous bougeons les choses vont bouger et, le monde deviendra meilleur, plus habitable.
Dëgg la, Nun kercen yi, nun ni jot yiwu batise bi, sunu yengoo tuuti rekk (cf Benoît 16) adunasi gën rafèet.
Lenn rekk a dess : nu dëkk di yesal yiwu sunu batise bi, di dunde ni momeelu Krista bi. Il nous suffit donc de renouveler la grâce de notre baptême et de vivre en êtres qui appartiennent totalement Christ.
3) Oui, un autre monde est possible, mais il nous faut d’abord changer notre petit monde à nous : notre famille, nos communautés, notre diocèse, notre pays. C’est par là qu’il faut commencer.
Abbé Jean Michel THIOMBANE
Curé doyen du secteur urbain
Thiès/Sénégal




JOURNEE CARITAS AU SENEGAL: Une grande mobilisation pour l'exercice solidaire de la charité
Mot du président du Comité Diocésain


Excellence Abbé Alexandre Mbengue, Administrateur Apostolique du diocèse,
Chères autorités administratives et politiques,
Chères autorités religieuses musulmanes et coutumières,
Chères Mme la représentante de Caritas Italie,
Chers prêtres, chères religieuses, chers religieux,
Chers Directeurs et Responsables des Services Diocésains (Direction Diocésaine de l’enseignement Catholique, Caurie MF, Direction des Œuvres, Hôpital Saint Jean de Dieu, Conseil Diocésain du Laïcat, Union Diocésaine des Associations Féminines Catholiques Dispensaires et postes de Santé, Sida Service et Procure Diocésaine).
Chers Frères et Sœurs de Peycouk,
Chers partenaires et Délégués des paroisses, des groupements villageois,
Chers amis Chrétiens et hommes/ Femmes de bonne volonté,
Chers agents permanents et délégués paroissiaux,

Cette année encore, nous sommes fidèles au rendez-vous pour célébrer la journée nationale de Caritas à l’instar de tous les diocèses du donc au doyenné urbain et particulièrement à ceux de Peykouck, les mots nous manquent pour vous exprimer notre profonde gratitude. Gratitude pour efforts fournis pour le temps consacré pour les privations de toutes sortes mais aussi pour l’esprit d’amour et de partage.

Amour, partage, solidarité les maîtres mots de cette journée fêté de la charité, de la Caritas, l’amour envers son prochain du partage. Comme nous y invite le Pape Benoît XVI dans son message pour le Carême 2011, je le cite : « L’Eglise spécialement en temps de Carême appelle à la pratique de l’aumône, c'est-à-dire du partage « et d’ajouter plus loin « la pratique de l’aumône nous ramène à la primauté de dieu et à l’attention envers l’autre » fin de citation.
Et nos évêques dans la sixième condition du mandement de crème 2011 nous invitent à marquer concrètement notre solidarité avec les pauvres et les démunis qui nous entourent.
Merci donc à tous au nom de la Caritas d’avoir compris le message et d’être venus nombreux partager et fêter la charité.

Le thème de cette année « un autre monde est possible, nous sommes tous coresponsables » l’autre monde possible c’est le monde de l’amour, de la justice et de la paix que Jésus nous demande de construire avec lui, sur notre terre en ce moment marquée par la pauvreté matérielle et ethnique le non respect des droits humains et par des violences de toutes sortes pour citer Mgr Jean Pierre Bassène président de Caritas Sénégal dans son adresse à l’occasion de cette journée nationale de Caritas.

L’orientation nationale de cette année, est de collecter des fonds pour soutenir l’évêque et les prêtres dans chaque diocèse. Nos évêques et nos prêtres ont besoin de notre soutien et je salue cette initiative qui est venue à son heure car on dit en Ouolof que « Ndimal na ci fek loxol borom » comme quoi on ne peut continuer à tendre la main sans pour autant la mettre dans notre poche ne serait-ce qu’une fois.

Merci abbé… d’avoir accepté de présider cette célébration merci aussi à tous vos confrères prêtres venus participer à cette messe, à tous les aumôniers décanaux et paroissiaux à la communauté des sœurs de Peykouck, à tous les religieux et religieuses, à toutes les autorités présentes qu’elles soient administratives, politiques, religieuses ou coutumière. Merci à tous les partenaires de la Caritas toujours fidèles au rendez-vous à tous les services diocésains, à la presse, à la sécurité, à tous les délégués paroissiaux.

Je dis notre profonde gratitude à toutes les commissions pour les efforts fournis pour la réussite de cette journée, à la chorale pour vos beaux chants, à tous les invités, bref à toutes les personnes de bonne volonté venus partager avec nous ces moments de solidarité avec les évêques et les prêtres sans oublier nos braves mamans encore sous le soleil pour ce repas que nous allons partager tout à l’heure. Merci de votre attention et que la fête soit belle.

Etienne FAYE
Président du comité diocésain de Caritas
Thiès/Sénégal

JOURNEE CARITAS AU SENEGAL: Une grande mobilisation pour l'exercice solidaire de la charité
HOMELIE DE L'administrateur apostolique : Abbé Alexandre Mbengue

"Un autre monde est possible nous sommes tous coresponsables", tel est le thème de cette journée Caritas.
Oui, "Un autre monde est possible" si l’homme accepte de se laisser transfigurer par l’amour, par la Caritas. Saint Paul nous le dit : "Caritas Christi urget nos" (ntofèl u Christa bi dèf ñuy gétèn). La charité du Christ nous presse. Elle nous presse d’inventer un monde où il fait bon vivre. C’est notre péché qui retarde la transfiguration du monde. Demandons-en pardon au début de cette eucharistie qui nous rassemble.

Mboka yi,
Diber bilé, di ñarèl u diber bi ti damano kor gi, Caritas la ñu ko daglèl. Bala may délu ti tékèf u bès bilé ak la ti suñu varugar u kertèn, dama begga firi tuti bât u Yalla bi ñu degga ti Lévansil bi, ndah ku néka men ko ganayo ti ayubès bi.
Génav ba mu hamalé talibèm ya ntono yi mu vara dad, Yésu del na Pierre, Sak ak Sang, yobu lèn ta kav tundu va, dora sopaliku ti sèn kanam. Von nà lèn ndamàm, von na lèn itam ndam u déki gi mu vara déki. Lilè dèf ñuy von né ntono ak métit yi ñuy dad ti dunda gilé du ñu dara ti vét u ngur ak ndam gi ñu Yalla di vadal. Bonn nañu farlu baña tayi. Bu ñu dada yon bi ñu Yésu halal.
L’Evangile de la transfiguration nous fait contempler la gloire du Christ et annonce la divinisation de l’homme. Par la transfiguration, Jésus nous donne un avant-goût de la Résurrection bien heureuse. La transfiguration est, à la fois un encouragement à poursuivre notre itinéraire et la révélation de celui qui nous précède dans la gloire : Jésus le Fils de Dieu. Nous ne devons pas nous arrêter, dresser nos tentes ici-bas, comme Pierre le suggérait, mais descendre de la montagne et suivre le Serviteur souffrant sur le chemin de la croix. Dans toute vie chrétienne, il y a comme un étroit emmêlement de la gloire et de la souffrance, de la mort et de la résurrection. « Celui-ci est mon fils bien-aimé, qui a toute ma faveur, écoutez-le ». Ces paroles, nous dit le Pape Benoît XVI, nous invitent à quitter la rumeur du quotidien pour nous plonger dans la présence de Dieu. Que la transfiguration raffermisse notre foi pour que nous soyons inébranlables devant les souffrances et difficultés de la vie.
Caritas est justement là pour nous aider à surmonter les difficultés de la vie par une solidarité et une charité actives. Caritas, c’est l’amour du Christ qui nous press de changer le monde en monde divin.
Défé na, liguèy u Caritas du rèk hétali mba agali névdi dolé yi ak ñi talal sèn i loho di saku ndimal. Liguéy u Caritas var na ndéka don sopali diko yi ak défin yi ; sopali hol yi, ngir ku néka men a am ntofèl ti morom’am, gis ti harkanam’am harkanam Yésu Krista, gis ti môm dôm u Yalla sahsah ni môm ti bopam. Lilé rek mo men a sopali aduna.
En ce temps de Carême, le Saint Père nous invite à "détourner notre regard de notre moi pour découvrir quelqu’un à côté de nous et reconnaître Dieu sur le visage de tant de nos frères." Frères et Sœurs, c’est cela la véritable Caritas ; l’amour qui pense aux autres et partage ; l’amour qui met l’homme debout en imitant les paroles et gestes de Jésus Lui-même. Qu’ a- t- il dit et fait ? Lisons l’Evangile qui nous dit " Dominus flevit " Le Seigneur a pleuré. Il a eu pitié jusqu’à pleurer devant la détresse des hommes. Le disciple du Christ ne peut être qu’à son école. Il a été tellement solidaire de l’humanité qu’il s’est fait homme. Que pouvait – il faire qu’il n’ait pas fait ? Que pouvait - il dire qu’il n’ait pas dit ?
Personnellement, j’en appelle à tous les diocésains de THIES : Soyons conscients de l’importance du don et de la gratuité ; don de notre temps, partage de notre avoir et de notre savoir. Les situations de détresse et de misère sur lesquelles "Dieu pleure" nous interpellent. Notre responsabilité est engagée. Soyons miséricordieux. C’est le geste le plus important des relations entre les personnes.
J’insiste particulièrement sur le don de soi, et là, je me tourne vers les agents officiels de la Caritas pour leur dire : donnez l’exemple ; soyez vous-mêmes caritas. Le Christ, avant de multiplier les pains, a dit à ses Apôtres : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ». Avant de guérir le paralytique que l’attitude et le dévouement de ses voisins lui ont permis de rencontrer, il a admiré leur foi. Ayez beaucoup de foi en ce que vous faites. Que votre premier souci soit le service de vos frères et sœurs. Jésus Lui-même a lavé les pieds de ses disciples et leur a enjoint de faire de même. Ailleurs, il dit aux mêmes disciples : « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert ». (Lc 22)
Caritas n’est pas seulement un rapport monétaire, mais surtout et avant tout une rencontre et un rapport humains. Nous devons tous être caritas. Imitons l’équité de Dieu et il n’y aura plus de pauvre. Nos compatriotes nous disent : "La vie est dure". Oui, la vie est dure ! Dunda gi méti nà. Aduna si nakhari nà. Vaé meñu banka suñu i loho. Nañu fagaru, dimalanté. Na ku néka def. Ndah Sénégal sopaliku. Nañu def ndah suñu aduna sopaliku té mbindef yi ñan banêh.
Nous n’en finirons pas avec la précarité et la pauvreté tant que nous n’accepterons pas de partager. Il faut en même temps fédérer toutes les forces et capacités de développement pour espérer changer les choses. Devant la pauvreté et même la misère générées par une société individualiste et une gestion gabégique, refusons toute passivité, "mettons la main à la pâte" ; refusons l’inertie sociale. Agissons ! Finissons- en avec les sentiments généreux sans lendemain concret.
Mais sachons, frères et sœurs, de n’importe quelle confession religieuse, que le zèle, le dévouement qui ne sortent pas d’un vrai amour de Dieu et du prochain ne sont qu’activisme et recherche de prestige. Notre sainteté dépend de notre charité. Alors, amarrons-nous à Dieu, Lui qui transfigure l’homme et son environnement. Demandons-lui de nous aider à bâtir une "civilisation de l’amour" avec nos frères et sœurs de notre temps. Amen.

Abbé Alexandre MBENGUE
Administrateur Apostolique
Diocèse de Thiès


Mardi 22 Mars 2011
Ambroise Tine
Lu 1945 fois

Caritas Thiès | Caritas Dakar | Caritas Kolda | Caritas Zinguinchor | Caritas Saint Louis | Caritas Tambacounda | Caritas Kaolack


Bienvenue !

Mot de Bienvenue

Mot de Bienvenue
Madame, Monsieur,

Au nom de mes collaborateurs, Abbé Alphonse Seck, Secrétaire Général et l'ensemble des membres de notre Confédération Caritas Sénégal, je vous souhaite la bienvenue et vous exprime notre joie de vous accueillir.

Ce site a pour objectif de vous aider  à trouver des informations sur la vie, la mission, les projets et programmes, les activités, les évènements de Caritas Sénégal et bien d'autres choses encore.

A travers ce site, nous voulons également promouvoir l'esprit Caritas ainsi qu'un élan de solidarité en faveur de ceux qui sont loin de tout et contribuer au développement intégral de l'homme.

Sur le chemin du service de l'Amour et la Solidarité au Sénégal et dans le monde, .vos idées et suggestions nous sont précieuses et les attendons pour mieux progresser ensemble.

Bonne visite et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne tous les jours!
 
Son Excellence Mgr Jean-Pierre Bassène,
Evêque du diocèse de Kolda
Président de la Commission de Pastorale Sociale de la Conférence Episcopale
 





Newsletter


Les plus récentes

Pour participer au développement intégral de l'homme au Sénégal et dans le monde dans un esprit constructif et respectueux de la dignité humaine.




Siège National : Km 11, route de Rufisque | BP : 439 Dakar | Tel : (221) 33 834 00 20 | Fax : (221) 33 834 41 97 | Email : info@caritas-senegal.org
Copyright © 2007-2017 Caritas Sénégal - Tous droits réservés - Création Baol Networks