FETE DU 14 JUILLET A PARIS: LA FRANCE ACCUEILLE LES POLITIQUES, SECRETEURS DE MIGRANTS



Alors que l'UE dépense beaucoup d'argent pour fermer ses frontières extérieures dans le cadre de la maîtrise des flux migratoires en provenance de l'Afrique subsaharienne, la France accueille des Politiques et leurs forces armées qui de par leurs agissements privent des citoyens de bonnes conditions d'existence et sécrètent ainsi des migrants malheureux à la recherche d'espace où leurs droits humains sont supposés pouvoir être respectés. Quelle affaire!
Les Politiques de l'UE pour éviter de dépenser de façon inefficace des millions d'euros dans un processus inhumain de fermeture de frontières à des humains en quête de liberté, de paix et de meilleures conditions de vie, feraient mieux d'orienter leur flux financier vers le financement d'un programme d'éthique politique et économique pour ceux qui gouvernent l'Afrique. Ils contribueraient ainsi et plus efficacement à l'installation de la Paix sur le continent. La paix est le nouveau nom du développement selon le pape Jean-Paul II de vénérée mémoire.


DES MIGRANTS TIRENT LA SONNETTE D'ALARME

APPEL DES ORGANISMES CHRETIENS

ACAT (Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture) – CCFD Terre Solidaire – Cimade- Fédération de l’Entraide Protestante - Secours Catholique – Pastorale des Migrants

Ne laissons pas fragiliser le droit de l’étranger
Pour la cinquième fois en sept ans, le gouvernement veut réformer le régime de l'entrée et de l'expulsion des étrangers en France. Cette nouvelle modification de la loi constitue une étape supplémentaire dans la fragilisation d'hommes, de femmes, d'enfants et de familles déjà fortement ébranlés par les difficultés de l’exil.
Ce sont pourtant des êtres humains. Certains fuient la guerre ou les traitements inhumains pour sauver leur vie. D’autres cherchent simplement à améliorer leur situation et celle de leur famille. Ils aspirent, comme nous, à vivre en paix, à trouver le bonheur, à travailler, en France, leur pays d’« accueil ». Mais le projet de loi va sonner le glas des aspirations de beaucoup et, par là même, de notre hospitalité et de notre humanité en réduisant leurs droits à la justice, à une vie familiale et à la solidarité

Si nous laissons faire, les étrangers n’auront plus le droit d’être entendus !
Jusqu'alors, la loi réclamait le contrôle du juge des libertés si la mise en rétention excédait deux jours avant l'expulsion. Ce garde-fou, indispensable face à l’arbitraire de l’administration, est retardé par ce projet de loi : ainsi des expulsions seront possibles pendant cinq jours sur seule décision administrative. De plus, le juge judiciaire ne pourra plus sanctionner certaines irrégularités.

Si nous laissons faire, le droit d’asile sera entravé !
Ce projet de loi restreint les possibilités d’accéder au territoire pour demander l’asile et place un nombre plus important d’éventuels demandeurs dans des conditions défavorables pour l’examen de leur demande de protection. Et s’ils sont déboutés et renvoyés, il leur interdit de revenir dans l’Union européenne pour sauver leur vie.

Si nous laissons faire, le droit de vivre en famille sera restreint !
Des conjoints de Français ou d'étrangers en situation régulière, voire avec des enfants en France, sont parfois sans document de séjour. La loi qui peut déjà interrompre leur vie familiale va durcir les conditions de leur séparation en repoussant toute possibilité de retour. En effet, tout étranger renvoyé peut être « banni » de l’Union Européenne jusqu’à 5 ans : nous refusons cette double peine !

Si nous laissons faire, la solidarité restera répréhensible !
En modifiant la loi, le projet voudrait calmer les critiques sur le délit dit de "solidarité". En ne modifiant que très marginalement l'exemption pour un tel délit, le projet de loi persiste à dissuader quiconque aiderait, de bonne foi et dans la durée, un étranger dont nul ne sait a priori s'il est en situation administrative irrégulière. Il est contradictoire de maintenir le principe de fraternité dans la devise de la République et de punir les actes de solidarité.

Motivés par la solidarité et la défense des plus faibles, notamment des étrangers, en partenariat avec d'autres membres de la société civile, nos organismes, mouvements, associations et services chrétiens refusent que des mesures de plus en plus restrictives, voire arbitraires, propulsent des milliers d’hommes et de femmes dans la précarité et le désespoir. Aussi estimons-nous nécessaire d’éveiller les consciences, d’appeler à la vigilance et à l’information sur ce projet de loi qui comporte des dispositions très inquiétantes.

Nous nous engageons à agir pour que la figure de l’étranger
ne serve pas de bouc émissaire en France et en Europe.
N.B. 1 - Cet appel de chrétiens n’a pas pour objet de critiquer systématiquement toute modification de la législation, notamment le projet de loi en cours. Il cible simplement quelques mesures du projet qui heurtent notre conscience de chrétiens.

N.B. 2 - Les membres des équipes locales des Organismes signataires sont invités à prendre contact avec les curés des paroisses. Là où il n’y a pas d’équipe, les curés sont invités à faire connaître cet appel, s’ils en sont d’accord, de la manière qui leur paraitra la mieux appropriée : mise à disposition du texte pour les gens, parution dans les journaux paroissiaux …etc …

N.B. 3 - Des modèles de lettre à envoyer aux parlementaires de leur circonscription seront à la disposition des membres des équipes locales pour les diffuser. On peut également trouver ces textes sur les sites internet des Associations signataires.


Jeudi 15 Juillet 2010
Ambroise Tine
Lu 1085 fois

Actualités | Projets en cours | Réalisation | Activités | Emergency Appeal | Publications | Evénements | Forum | Projets en requête de financement | Présentation de la Caritas | Réseau national | Espace presse | Partenariat | Publications principales | Caritas au Sahel | Medias


Bienvenue !

Mot de Bienvenue

Mot de Bienvenue
Madame, Monsieur,

Au nom de mes collaborateurs, Abbé Alphonse Seck, Secrétaire Général et l'ensemble des membres de notre Confédération Caritas Sénégal, je vous souhaite la bienvenue et vous exprime notre joie de vous accueillir.

Ce site a pour objectif de vous aider  à trouver des informations sur la vie, la mission, les projets et programmes, les activités, les évènements de Caritas Sénégal et bien d'autres choses encore.

A travers ce site, nous voulons également promouvoir l'esprit Caritas ainsi qu'un élan de solidarité en faveur de ceux qui sont loin de tout et contribuer au développement intégral de l'homme.

Sur le chemin du service de l'Amour et la Solidarité au Sénégal et dans le monde, .vos idées et suggestions nous sont précieuses et les attendons pour mieux progresser ensemble.

Bonne visite et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne tous les jours!
 
Son Excellence Mgr Jean-Pierre Bassène,
Evêque du diocèse de Kolda
Président de la Commission de Pastorale Sociale de la Conférence Episcopale
 





Siège National : Km 11, route de Rufisque | BP : 439 Dakar | Tel : (221) 33 834 00 20 | Fax : (221) 33 834 41 97 | Email : info@caritas-senegal.org
Copyright © 2007-2017 Caritas Sénégal - Tous droits réservés - Création Baol Networks