Crise migratoire et droits humains : Caritas Africa plaide pour une approche qui place le migrant au cœur des programmes

« Il est important pour Caritas d’adopter une approche à la fois multi-acteurs et interdisciplinaire pour examiner la part de responsabilités de différents acteurs concernés par cette crise et de mener des actions appropriées afin que les migrants soient placés au centre des politiques, stratégies, programmes et projets qui sont ou seront développés à différents niveaux », c’est ce qu’a affirmé le 19 avril à Dakar, Albert Mashika, Coordonnateur Régional de Caritas Africa.



C’était lors de la cérémonie d’ouverture d’un séminaire regroupant 12 délégations des Caritas de l’Afrique de l’Ouest, du Nord et de l’Europe sur le thème : « Crise migratoire et droits humains : quels rôles et quelle action pour le Réseau Caritas ? »

« En nous basant sur notre expérience en tant que Caritas, le Secrétariat exécutif de Caritas Africa estime qu’une action plus décisive, plus constructive, plus cohérente et globale, et qui s’inscrit dans la durée, est requise, en collaboration avec d’autres organisations au sein et en dehors de la famille Caritas », a-t-il ajouté dans son discours prononcé en présence de l’Archevêque de Dakar et Président de la Conférence Episcopale interterritoriale Sénégal, Mauritanie, Guinée-Bissau et Cap Vert, Son Excellence Mgr Benjamin Ndiaye.

Evoquant la situation migratoire en Afrique du Nord « avec de nombreux sud-sahariens, étudiants ou simples migrants, Mgr Ndiaye rejoindra le Coordinateur de Caritas Africa pour dire qu’il y a « sans doute lieu de mieux collaborer dans ce domaine avec les églises du Sud du Sahara d’où proviennent de nombreux migrants ».

Les Caritas du Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Algérie, Maroc, Tunisie, Allemagne, Espagne, France, Italie, et Belgique s’étaient réunies à Dakar du 19 au 21 avril « pour partager leurs expériences et leur recherches, et pour explorer des voies d’action commune, ce qu’elles visent, c’est que partout, la personne du migrant rencontre le respect qui lui est dû en raison de sa dignité voulue par Dieu, et qu’elle bénéficie de la présence fraternelle et solidaire qu’impose souvent une situation de grande précarité, voire de grande détresse », comme le rappelait Abbé Alphonse Seck, Secrétaire général de Caritas Sénégal.

A l’issue de trois jours de travaux, l’ensemble du réseau présent a considéré que la question migratoire est désormais suffisamment importante pour être intégrée sur le plan institutionnel. Concrètement, il s’agira de « partager des informations qui peuvent être utiles et ciblées sur la question migratoire, étant entendu que beaucoup d’informations circulent sur cette question », a indiqué Abbé Alphonse Seck lors du point de presse.  « Nous avons pensé, qu’il était important que nous puissions travailler à partager des informations, à mener des études, à partager sur de bonnes pratiques entre autres », a-t-il ajouté.

 Les Caritas de l’Afrique de l’Ouest et du Nord et de l’Europe ont aussi souligné l’importance du renforcement des capacités de leurs personnels. « Car si nous voulons aller loin, il faut que des personnes soient véritablement formées sur cette questions et que nous ayons les outils de formation nécessaires », a expliqué le Abbé Seck.

Ces organisations caritatives catholiques du Sahel, de l’Afrique du Nord et d’Europe ont manifesté leur volonté de porter le plaidoyer pour « que les migrants ne soient pas seulement considérés comme des objets, mais plutôt comme des sujets qui doivent participer à tout ce qui est mis en œuvre en leur faveur ». Sur ce point, a encore relevé le Secrétaire général de Caritas Sénégal, les Caritas doivent également privilégier la recherche et « sortir des limites de l’opérationnel, en intégrant dans les approches la recherche-action ».

Une autre démarche envisagée par les Caritas est « la dimension spirituelle » qui doit être donnée à la question de la migration, à travers trois principes, à savoir la sacralité de la vie humaine, la destination universelle des biens et la solidarité. « Si nous conjuguons ces trois éléments, dans une démarche plus spirituelle, intégrée, je pense que nous aurons des chances de gérer la dimension de la migration de manière plus humaine », a fait remarquer Abbé Alphonse Seck.

Enfin, un comité de pilotage composé de quatre pays du Sahel (Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso) a été mis en place, présidé par Caritas Sénégal.

 
Abbé Roger Gomis

Jeudi 28 Avril 2016
Lu 145 fois

Actualités | Projets en cours | Réalisation | Activités | Emergency Appeal | Publications | Evénements | Forum | Projets en requête de financement | Présentation de la Caritas | Réseau national | Espace presse | Partenariat | Publications principales | Caritas au Sahel | Medias


Bienvenue !

Mot de Bienvenue

Mot de Bienvenue
Madame, Monsieur,

Au nom de mes collaborateurs, Abbé Alphonse Seck, Secrétaire Général et l'ensemble des membres de notre Confédération Caritas Sénégal, je vous souhaite la bienvenue et vous exprime notre joie de vous accueillir.

Ce site a pour objectif de vous aider  à trouver des informations sur la vie, la mission, les projets et programmes, les activités, les évènements de Caritas Sénégal et bien d'autres choses encore.

A travers ce site, nous voulons également promouvoir l'esprit Caritas ainsi qu'un élan de solidarité en faveur de ceux qui sont loin de tout et contribuer au développement intégral de l'homme.

Sur le chemin du service de l'Amour et la Solidarité au Sénégal et dans le monde, .vos idées et suggestions nous sont précieuses et les attendons pour mieux progresser ensemble.

Bonne visite et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne tous les jours!
 
Son Excellence Mgr Jean-Pierre Bassène,
Evêque du diocèse de Kolda
Président de la Commission de Pastorale Sociale de la Conférence Episcopale
 





Siège National : Km 11, route de Rufisque | BP : 439 Dakar | Tel : (221) 33 834 00 20 | Fax : (221) 33 834 41 97 | Email : info@caritas-senegal.org
Copyright © 2007-2017 Caritas Sénégal - Tous droits réservés - Création Baol Networks