PELERINAGE NATIONAL A POPONGUINE 125° EDITION: LA PROFESSION DE FOI DOIT DEBOUCHER SUR DES OEUVRES

Le message percutant du Cardinal, Théodore Adrien SARR, Archevêque de Dakar sur le thème:"Bienheureuse, celle qui a cru".



PELERINAGE NATIONAL A POPONGUINE 125° EDITION: LA PROFESSION DE FOI DOIT DEBOUCHER SUR DES OEUVRES

Monsieur le Ministre de l’Intérieur, conduisant la Délégation

officielle, représentant Monsieur le Président de la République,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs les Députés,

Monseigneur le Nonce Apostolique,

Chers Confrères dans l’épiscopat,

Honorables Autorités administratives, politiques et militaires,

Honorables Autorités religieuses et coutumières,

Chers Confrères dans le sacerdoce,

Chers Religieux, Religieuses,

Chers jeunes,

Chers frères et sœurs dans la foi,



1- Pentecôte 1888 – Pentecôte 2013 : le Pèlerinage Marial de Poponguine fête aujourd’hui ses 125 ans. En cette circonstance, qui rappelle le cheminement, dans la foi, de tant de générations d’enfants, de jeunes et d’adultes du Sénégal et d’ailleurs, sous la protection de la très Sainte Vierge Marie, Notre Dame de la Délivrande, nous pouvons reconnaître l’accomplissement du vœu exprimé par Monseigneur PICARDA, alors Vicaire Apostolique de la Sénégambie, au lancement de la première édition du Pèlerinage Marial de Poponguine : « L’objet de ce pèlerinage, qui ouvrira, nous l’espérons, la série des manifestations de la foi et de la piété envers notre Dame de la Délivrande, est d’introniser solennellement la Vierge dans le nouveau domaine que nous lui avons choisi, et dont elle voudra bien, nous en avons l’assurance, accepter le patronage. Nous nous proposons d’obtenir, par le moyen de cet acte public et solennel de foi et de piété, le développement de l’Esprit et la pratique de la vie chrétienne au Sénégal… »



Depuis lors, en effet, Poponguine est devenu cette terre de ressourcement spirituel, à l’école de Marie, Modèle de foi et Porteuse de l’espérance de l’Eglise. Depuis lors, ce Sanctuaire Marial est devenu le lieu, où notre Eglise Famille de Sénégambie, en communion avec toutes les Eglises sœurs de la sous-région, vient accueillir et rendre toujours vivante la prophétie de Marie, dans son Magnificat :« Désormais, toutes les générations me diront Bienheureuse. » (Lc 1, 48b)



Voilà pourquoi nous sommes encore là, 125 ans après, de plus en plus nombreux, de plus en plus fervents et joyeux, pour louer et implorer Marie, notre Sainte Mère.



Continuez donc, chers jeunes, chers pèlerins de tout âge, de faire de ce Pèlerinage de Poponguine le tremplin de votre dévotion mariale, de votre affection filiale envers cette Mère toujours tendre et bienveillante envers ses fils, que nous sommes. Enseignés par l’Esprit de la Pentecôte, soyons heureux de chanter aujourd’hui, avec Elisabeth, les louanges de celle, dont la foi nous a valu la naissance du Fils de Dieu fait homme : « Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! » (Lc 1, 45)



Comment comprendre de telles paroles ? Je voudrais vous proposer, pour notre méditation commune, quelques merveilles de la vie de Marie, comme pistes qui nous aident à effectuer une sorte de pèlerinage, en sa compagnie : merveille de la foi en la Parole de Dieu, merveille de la foi en l’amour de Dieu, merveille de la foi et de l’amour qui se vérifient dans l’amour des hommes.



2- Merveille de la foi en la Parole de Dieu ! Elle se produit dans la situation délicate, où le croyant se sent choisi et appelé gratuitement par Dieu ; la situation où il doit vaincre toute indifférence, ou bien tout refus, pour donner une réponse personnelle à Dieu.



C’est bien ce que Marie a vécu lors de l’épisode de l’Annonciation, que nous connaissons bien : « A cette parole, elle [Marie] fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation… Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? (…) Je suis la servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole ! » (Lc 1, 29.34.38)



Le Oui de Marie ! Le merveilleux Oui de Marie à la Parole de Dieu ! Le Oui à la fécondité incommensurable, puisqu’il nous a valu le salut de l’humanité !



Mais n’oublions jamais, et mesurons souvent combien ce Oui a été un « chèque en blanc signé à Dieu », comme dirait Madeleine DELBREL. En prononçant ce Oui, dans une disponibilité et une générosité, que nous ne nous lasserons jamais d’admirer et de louer, la jeune Vierge Sainte de Nazareth ne pouvait mesurer, ce jour-là, toutes les situations heureuses ou douloureuses, tous les événements heureux ou malheureux, qu’il entrainera dans sa vie, et qu’elle devra assumer, en renouvelant ce Oui.



Pensons, par exemple, au drame intérieur qu’elle a vécu dans le silence, quand il a fallu informer et expliquer son état de grossesse, au moins à ses parents, à Joseph, dont la réaction douloureuse nous fait aussi deviner la profonde perturbation de sa fiancée (cf. Mt 1, 19-20). Pensons au drame de la fuite en Egypte (cf. Mt 2, 13s) avec un bébé de quelques mois, et à l’expérience si peu confortable de la vie de refugiée hors de sa patrie, nécessité et expérience qui sont venues assombrir la joie de mettre au monde le Fils de Dieu fait homme. Pensons encore à la douleur et humiliation de Marie et de Joseph, quand ils ont constaté la disparition de Jésus, l’ont cherché pendant trois jours, et l’ont entendu leur donner la réponse que nous connaissons (cf. Lc 2, 41s). Et que dire de la présence de la Mère des Douleurs au pied de la Croix (cf. Jn 19, 25-27), après la réponse si encourageante et réconfortante, qu’il avait donnée à sa demande de faire un geste pour les mariés de Cana.



Oui chers jeunes, oui chers frères et sœurs, comme Elisabeth, redisons à Marie, avec une admiration et une affection toute ferventes : « Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! » (Lc 1, 45) Mais n’oublions jamais que, si la foi en la Parole de Dieu, et l’application de cette Parole de Dieu dans sa vie, lui ont valu de profondes et innombrables joies, elles ne lui ont pas épargné les brûlures des épreuves de la vie. Marchant en pèlerinage sur les pas de Marie Notre Mère, disons toujours oui à la Parole de Dieu, lui signant en toute confiance « un chèque en blanc » pour la conduite de notre vie.



Merveille de la foi en la Parole de Dieu ! Il faut passer par la porte de la foi, pour entrer dans la joie de Dieu. Marie est déclarée « Bienheureuse », parce qu’elle a cru. Elle a cru que les paroles, qui lui furent dites de la part du Seigneur, s’accompliraient. Elle a cru que Dieu « se souvient de son amour, de sa promesse à Abraham et à sa race à jamais. » (Lc 1, 55) Elle a cru que Dieu pouvait, « pour nous les hommes et pour notre salut », prendre chair en elle, par l’Esprit Saint. Elle a cru que Dieu a le souci de l’homme, au point de se faire homme. Elle a cru que la compassion du Père va permettre la Passion du Juste, pour effacer la condamnation des coupables, les réconcilier avec Lui, et rendre possible leur participation à sa vie divine.



3- Merveille de la foi en l’amour de Dieu ! Croire en Dieu, c’est en réalité croire en son amour fou pour l’homme. C’est par amour que Dieu crée l’univers et l’homme. C’est par amour qu’il se choisit un peuple pour être « son Peuple », avant de conclure plus tard, et définitivement, avec tous les hommes, en Jésus-Christ mort et ressuscité, une alliance indestructible. C’est par amour qu’il nous promet la vie, pour l’éternité. C’est pourquoi Saint Jean dit :« Nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru. » (1 Jn 4, 16)



Dans l’Evangile, le chemin de Marie est intimement lié au chemin de Jésus, comme celui d’une mère à celui de son fils. En tant que Mère, elle parcourait les chemins de la foi, cherchant à découvrir, entre interrogations et surprises, le vrai visage de Jésus son Fils, et Fils de Dieu fait homme. « Quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur. » (Lc 2, 19)



Oui, frères et sœurs, c’est là, dans le cœur de Marie, que s’allume et s’amplifie progressivement la flamme de la foi. C’est là qu’elle a su progressivement puiser les ressources nécessaires, pour décrypter tous les signes, qui se manifestaient à elle durant toute la vie de Jésus ; pour accueillir sereinement, dans le silence et la méditation, toutes les paroles de Jésus, et sur Jésus.

En cette Année de la Foi, ne manquons pas de pénétrer souvent dans le grand Sanctuaire, qu’est le Saint Cœur de Marie, où la Parole de Dieu trouve un terrain propice et un écho fidèle. Que ce Cœur soit pour nous, le Guide qui nous aide à croire en l’amour de Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, qui nous aide à aimer Jésus son Fils, avec le Père et l’Esprit Saint.



4- Merveille de la foi et de l’amour qui se vérifient dans l’amour des hommes ! En effet, comment croire en un Dieu qui se met en route vers l’homme, et ne pas se mettre aussi en chemin pour l’homme ? Marie, femme de foi est aussi femme de charité. Elle s’est mise en route rapidement vers sa cousine Elisabeth. Trois mois durant, elle demeura avec elle, l’invitant à l’action de grâce pour les merveilles de Dieu, lui rendant, par amour, tous les services qu’elle pouvait.



Dans le bel épisode des noces de Cana, Marie nous montre encore comment son amour de Dieu se traduit dans l’attention aux besoins des autres, dans la prévenance qui rend service, sans demande préalable. C’est ainsi qu’elle amène son Fils à accomplir le merveilleux geste envers les jeunes mariés, geste qui provoquera la foi en son Fils.



La Solennité de la Pentecôte, que nous venons de célébrer, nous rappelle que, comme Marie, nous avons reçu le Saint Esprit, qui ne demande qu’à jaillir de nos cœurs, grâce à « l’élan de notre générosité. » (Rm 12, 11) Laissons le Saint Esprit nous éduquer à l’attention aux besoins et aux souffrances des autres, au partage, à l’hospitalité, à la compassion pour ceux et celles qui sont dans l’affliction et la solitude. Ainsi seulement, nous pourrons nous dire une communauté de foi, une assemblée de croyants.



Merveille de la foi et de l’amour qui se vérifient dans l’amour des hommes ! En effet, la foi se vérifie plus dans les œuvres d’amour que dans les belles déclarations. Les plus beaux pèlerinages conduisent vers ceux qui sont dans le besoin et dans les larmes. En servant ceux-ci, nous devenons de plus en plus les disciples de Jésus Christ (cf. Jn 13, 5) ; nous devenons plus authentiquement les enfants de Celle qui se nomme « la Servante du Seigneur » (Lc 1, 38) ; nous devenons réellement « les serviteurs du Seigneur »(Rm 12, 11). C’est cette manière de croire, qui vient à bout de toutes les défiances contre la religion. Si beaucoup pensent encore que les religions sont facteurs d’intolérance et de violence, c’est parce que trop souvent, nos liturgies, nos temps de prière, ne se prolongent pas en services des autres ; nos confessions de foi ne se traduisent pas en actes d’amour.



Marie, Notre Dame de la Délivrande, nous donne sa main, pour nous rassurer, et nous accompagner, dans ce grand pèlerinage de la foi. Nos mains accrochées à la sienne, confions-lui aujourd’hui notre Sénégal, les pays de la sous-région, surtout ceux affectés par la guerre et les conflits de toute sorte. Confions-lui nos familles, nos communautés chrétiennes, nos communautés humaines.



En ce 125e anniversaire de notre Pèlerinage, nous rendons grâce au Seigneur, qui en a inspiré le projet à Monseigneur PICARDA, et qui, depuis lors, a déversé de nombreuses grâces sur les générations de pèlerins, sur l’Eglise et la Sénégambie, d’année en années. Que d’ici le prochain jubilé, les générations proclament bienheureuse, encore et encore, Celle qui a cru en la Parole de Dieu, et s’efforcent de marcher à sa suite, sur les chemins de la foi. Amen !



† Théodore Adrien Cardinal SARR

Archevêque de Dakar.

Lundi 20 Mai 2013
Caritas Senegal
Lu 938 fois

Actualités | Projets en cours | Réalisation | Activités | Emergency Appeal | Publications | Evénements | Forum | Projets en requête de financement | Présentation de la Caritas | Réseau national | Espace presse | Partenariat | Publications principales | Caritas au Sahel | Medias


Bienvenue !

Mot de Bienvenue

Mot de Bienvenue
Madame, Monsieur,

Au nom de mes collaborateurs, Abbé Alphonse Seck, Secrétaire Général et l'ensemble des membres de notre Confédération Caritas Sénégal, je vous souhaite la bienvenue et vous exprime notre joie de vous accueillir.

Ce site a pour objectif de vous aider  à trouver des informations sur la vie, la mission, les projets et programmes, les activités, les évènements de Caritas Sénégal et bien d'autres choses encore.

A travers ce site, nous voulons également promouvoir l'esprit Caritas ainsi qu'un élan de solidarité en faveur de ceux qui sont loin de tout et contribuer au développement intégral de l'homme.

Sur le chemin du service de l'Amour et la Solidarité au Sénégal et dans le monde, .vos idées et suggestions nous sont précieuses et les attendons pour mieux progresser ensemble.

Bonne visite et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne tous les jours!
 
Son Excellence Mgr Jean-Pierre Bassène,
Evêque du diocèse de Kolda
Président de la Commission de Pastorale Sociale de la Conférence Episcopale
 





Siège National : Km 11, route de Rufisque | BP : 439 Dakar | Tel : (221) 33 834 00 20 | Fax : (221) 33 834 41 97 | Email : info@caritas-senegal.org
Copyright © 2007-2017 Caritas Sénégal - Tous droits réservés - Création Baol Networks