Ordination épiscopale de Monseigneur André Gueye: Homélie du Cardinal Sarr

La cérémonie a démarré peu après 11 heures, en présence notamment du ministre des Forces armées Augustin Tine, de son collègue Thierno Alassane Sall (Infrastructures et Transports), et de nombreux autres notabilités religieuses et coutumières. Benoît XVI, prédécesseur de l'actuel Pape François, avait nommé, le 18 janvier, l'abbé André Guèye, évêque du diocèse de Thiès où il succède à feu Jacques Sarr.



Ordination épiscopale de Monseigneur André Gueye: Homélie du Cardinal Sarr

Homélie du Cardinal Sarr
Monsieur le Ministre Augustin TINE, conduisant la délégation

          officielle,

          Mesdames, Messieurs les Ministres,

          Mesdames, Messieurs les Députés,

          Excellence Monseigneur le Nonce Apostolique,

          Chers Confrères dans l’Episcopat,

          Cher Monseigneur André GUEYE, nouvel évêque de Thiès,

          Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,

          Honorables Autorités administratives, politiques et militaires,

          Chers Confrères dans le sacerdoce,

          Chers Religieux, Religieuses,

          Bien-aimés fidèles du Diocèse de Thiès,

          Chers frères et sœurs dans la foi,

 

          1- La joie ! Oui, tel est le sentiment qui habite aujourd’hui la famille chrétienne catholique du Sénégal, en ce grand jour, où nous accueillons en Eglise,Monseigneur André GUEYE, comme nouveau pasteur de l’Eglise diocésaine de Thiès. Cette joie, nous le comprenons, a une saveur toute particulière pour la Communauté diocésaine de Thiès et, au-delà, pour toutes ses populations, après une période d’attente plus ou moins pesante, mais que la bonté divine est venue combler et apaiser. Avec vous alors, chers fidèles du Christ du Diocèse de Thiès, nous rendons grâce à Dieu, par Jésus Christ son Fils, animés de la joie qu’a allumée en nos cœurs le feu de l’Esprit Saint.

 

          Je vous invite aussi, chers fidèles du Christ du Diocèse de Thiès, à lire, à accueillir, et à continuer de vivre l’évènement de ce jour dans la foi. Dans l’Eglise, le pouvoir ne s’arroge pas ; il se reçoit de Dieu et s’exerce au nom de Dieu. Il me plaît alors de vous rappeler ce beau passage de la Lettre aux Hébreux (5, 1-4) : « Tout grand prêtre, en effet, pris d’entre les hommes, est établi pour intervenir en faveur des hommes dans leurs relations avec Dieu, afin d’offrir dons et sacrifices pour les péchés (…) Nul ne s’arroge cet honneur, on y est appelé par Dieu, absolument comme Aaron. » 

 

          Il est important, aujourd’hui, d’accueillir Mgr. André GUEYE avec l’esprit juste, qui vous poussera à être, à ses côtés, des collaborateurs, et non des détracteurs. Accueillir, avec foi, celui que Dieu a choisi pour vous, voilà la manière juste de traduire à Dieu votre action de grâce, et de Lui confier vos espoirs.

 

         Rendons aussi grâce à Dieu, aujourd’hui, pour le ministère de l’illustre pasteur, auquel Monseigneur André succède, notre regretté frère, père et ami, Monseigneur Jacques SARR. Je vous invite tous à vous lever maintenant, pour observer, en sa mémoire, une minute de silence, pour que, dans le recueillement et la prière, nous lui rendions hommage, ainsi qu’à Monseigneur François-Xavier NDIONE, premier Evêque de Thiès.    Temps de silence

 

          2- Chers frères et sœurs dans la foi, honorables invités, le Rite de l’ordination d’un évêque est bien riche de signification et de portée : il s’agit, en effet, de conférer à Monseigneur André GUEYE, Evêque nommé de Thiès, la plénitude du Sacerdoce, qui fera de ce prêtre un successeur des Apôtres du Christ. Que comporte alors un tel Rite ?

 

          Pour comprendre le sens et la portée de l’ordination épiscopale, il faut remonter à la volonté de Notre Seigneur Jésus Christ, le Pasteur par excellence qui, après avoir effusé son Esprit sur les Apôtres, les a envoyés comme messagers de sa Bonne Nouvelle et témoins de son salut. Les Apôtres, à leur tour, ont compris qu’ils devaient transmettre à d’autres disciples, par l’imposition des mains, le même Esprit, afin que les pasteurs ne manquent jamais dans l’Eglise, tout au fil des générations humaines, et tout au long des siècles de l’histoire de l’Eglise.

 

          Des pasteurs, oui, mais à la ressemblance du Christ Bon Pasteur, par le don total et généreux de leur personne, et par la sainteté de leur vie ; des pasteurs annonçant les mystères du Règne de Dieu, et  répandant les dons du salut à la manière de Jésus Christ lui-même, qui : « parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, proclamant la bonne nouvelle du Royaume, et guérissant toute maladie et toute langueur. » (Mt 9, 35)

 

          3- Cher Monseigneur André, jeune frère dans l’épiscopat, dans le choix des lectures de la liturgie de ce jour, tu manifestes clairement que tu as pris conscience de la gravité du choix de Dieu et de l’Eglise porté sur ta personne, ainsi que de toutes ses exigences. Tu manifestes également que tu as librement entériné ce même choix, par un « OUI » gravé dans ta foi profonde, dans ton amour personnel de Jésus Christ, et dans l’espérance de son soutien continuel.

 

          Ma première parole pour toi, aujourd’hui, s’inspire de la première épitre de Saint Paul aux Corinthiens, le grand apôtre qui a formulé l'essence du ministère apostolique et sacerdotal de façon très claire. Face aux divisions, qui existaient au sein de l'Eglise de Corinthe, face aux partis pris pour tel ou tel apôtre, il demande : Mais qu'est-ce qu'un apôtre ? Qu'est-ce donc qu'Apollos ? Qu'est-ce que Paul ? Ce sont des serviteurs, par qui vous avez embrassé la foi, chacun d'eux selon ce que le Seigneur lui a donné (cf. 1 Co 3, 5). Il conclue en ces termes : « Qu'on nous regarde donc comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, ce qu'en fin de compte on demande à des intendants, c'est que chacun soit trouvé fidèle. » (1 Co 4, 1-2)

 

          Il exhortait ainsi les fidèles chrétiens à considérer et à traiter leurs pasteurs pour ce qu’ils sont : desintendants des mystères de Dieu, des serviteurs de Jésus Christ, Bon Pasteur. Il exhortait en même temps les pasteurs à avoir la bonne vision de leur ministère : un service de Dieu, du Christ, et des hommes, dans une fidélité totale à Jésus Christ, à qui ils ont donné généreusement et totalement leur personne et leur vie, en réponse à son appel.

 

          Cher Monseigneur André, ne perdez jamais de vue que le sacerdoce, dont vous recevez aujourd’hui la plénitude, estun service, qui appelle au don continuel de vous-même, par amour du Dieu Père, Fils et Esprit Saint, et des hommes.

 

          4- M’appuyant ensuite sur les textes de ce jour, je voudrais relever avec toi et pour toi, trois exigences essentielles, dans lesquelles se concrétisent la vision juste et l’accomplissement fidèle du ministère du prêtre que tu es depuis quelques années, du ministère de l’évêque que tu deviens aujourd’hui.

 

          La première exigence, c’est la prière. L’ordination épiscopale est d’abord un événement de prière. Ce n’est pas un homme qui fait d’un autre homme un prêtre ou un évêque. A travers la prière de l’Eglise et le geste de l’imposition des mains, c’est Jésus Christ lui-même qui prend entièrement à son service, celui qu’il a choisi ; c’est Lui qui lui donne de participer à son Sacerdoce, afin qu’à travers lui, sa Parole et son œuvre de salut soient présentes en tout temps, et puissent être offertes à tous les hommes.

 

          La vie même du Christ doit imprégner celui qui reçoit l’ordination, afin qu’il devienne entièrement un avec Lui, et que le Christ vive en lui. Tu comprends donc, cher Monseigneur André, que la prière sera le moment, où tu puiseras des lumières et des forces pour toi-même, et pour ton Eglise diocésaine ; le moment où tu apprendras à jeter toujours un regard de foi sur ceux et celles dont tu as la charge ; le moment où tu apprendras à les aimer de manière à accueillir et à comprendre leurs besoins et leurs attentes, et à y répondre ; le moment où tu cultiveras la patience de supporter les épreuves, dans l’amour, pour les offrir au Christ.

 

          La deuxième exigence, que Jésus présente à son serviteur, c’est la vigilance. Il me plaît alors de reprendre, à ton compte, les paroles de l’auteur du livre des Actes des Apôtres, dans la première lecture :« Sois attentif à toi-même, et à tout le troupeau dont l’Esprit Saint t’a établi gardien pour paître l’Eglise de Dieu, et qu’il s’est acquise par le sang de son propre fils. » (cf.Ac 20, 28) Dans l’exercice de la vigilance, ta première armure sera la vérité, à en croire les paroles même du Pape Jean Paul II : « Le serviteur vigilant est tout d'abord un homme de vérité, et un homme à la raison sincère. Dieu, au moyen de Jésus Christ, nous a ouvert la fenêtre de la vérité... Il nous indique dans l'Ecriture Sainte et dans la foi de l'Eglise la vérité essentielle sur l'homme, qui imprime la juste direction à notre action. Ainsi, la première vertu cardinale du ministre de Jésus Christ consiste à se laisser façonner par la vérité que le Christ nous montre. »

 

          « In Ipso, Vita et Lux. » (En lui, la Vie et la Lumière). Telles sont les paroles, qui te servent de devise épiscopale, cher Monseigneur André. Ton devoir de vigilance, à l’égard du troupeau qui t’est confié, passe par la méditation constante, voire quotidienne de ces paroles. Tu pourras y joindre la méditation sur le mot« episcopos » : évêque, qui évoque ce regard de haut, ce regard du veilleur, qui lui permet d’accomplir unemission d’éveilleur, pour appeler les autres à la même prise de conscience, et à la même vigilance, pour une vie de plénitude.

 

          La troisième exigence du serviteur de l’Evangile, c’est l’exemple. A ce propos, les paroles de l’Apôtre Pierre, dans sa première épitre, sont plus qu’édifiantes : « Paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec l’élan du cœur ; non pas en faisant les seigneurs à l’égard de ceux qui vous sont échus en partage, mais en devenant les modèles du troupeau. » (1 P 5, 2-3)

 

           Ton devoir, et ta responsabilité d’évêque, cher Monseigneur André, appelleront sans cesse ta jeunesse, ton dynamisme naturel, ton intelligence, et ton cœur de pasteur, à convaincre l’homme de ce temps, de labeauté de la foi en Jésus Christ, de la fécondité du service gratuit des hommes à la manière de Jésus Christ. Oui, à la manière de Jésus Christ ! C’est seulement en ce Modèle que tu trouveras ton Modèle, pour devenir de mieux en mieux un modèle, pour quiconque pourra trouver le Christ, à travers ta personne.

 

          5- « Amicus Sponsi » : Ami de l’Epoux. C’est ainsi que le grand docteur et pasteur d’Hippone, Saint Augustin, appelle l’Evêque, dans son Sermon 46, n. 30. En ce jour de grâce, où ta vie prend un tournant décisif, mon grand vœu est que tu te considères comme cet Ami de l’Epoux, cher Monseigneur André. En te remettant tout à l’heure l’anneau épiscopal, je reprendrai ces paroles du Rituel : « Reçois cet anneau, signe de fidélité : Garde dans la pureté  de la foi l’Epouse de Dieu ; la sainte Eglise. »

          Dans cette nouvelle aventure, que tu entreprends avec Jésus Christ, tu nourris certainement l’ambition de prendre le large vers les hautes sphères de la sainteté, et vers les nouvelles et multiples frontières de l’évangélisation, de l’œcuménisme, du dialogue interreligieux et interculturel, dans ce Diocèse de Thiès, terre des grandes confréries musulmanes. Dans cette nouvelle aventure, t’accompagnera et te soutiendra – tel est mon vœu le plus cher – toute la communauté diocésaine, en ses multiples démembrements.

          Prends-toi, comme précieux soutien, les prêtres, coopérateurs de l’ordre épiscopal. Aime-les tous comme tes frères, tes amis, tes fils, proches de ton cœur de frère et de père.

          Prends-toi, comme aide au témoignage du Royaume, ceux et celles engagés dans la Vie Consacrée, celle-là qui est « placée au cœur même de l'Église comme un élément décisif pour sa mission. » (Jean Paul II, Vita Consecrata, n. 3)

          Prends-toi, comme une aide considérable, les fidèles laïcs, dont le rôle, dans la variété des charismes, des ministères et des réalités associatives au service de l’unique mission de l’Eglise, fertiliseront ton ministère d’Evêque au sein du peuple de Dieu.

          Tu pourras trouver en nous, tes confrères dans l’épiscopat, des frères et des amis qui t’accompagneront, par une profonde communion fraternelle, dans l’exercice de notre mission commune.

          En compagnie des Anges, des Prophètes, des Apôtres et des Saints, dont Sainte Anne, t’accompagnera surtout la Vierge Sainte, Notre Dame du Rosaire, que l’Eglise invoque comme « Miroir de sainteté. » A elle, nous te confions aujourd’hui, en Eglise. Puisse-t-elle guider tes pas, à la suite de Jésus Christ, Unique Sauveur des hommes, en qui se trouvent notre lumière et notre vie, Amen !

                                                     
      † Théodore Adrien Cardinal SARR

          Archevêque de Dakar


Samedi 25 Mai 2013
Lu 432 fois

Actualités | Projets en cours | Réalisation | Activités | Emergency Appeal | Publications | Evénements | Forum | Projets en requête de financement | Présentation de la Caritas | Réseau national | Espace presse | Partenariat | Publications principales | Caritas au Sahel | Medias


Bienvenue !

Mot de Bienvenue

Mot de Bienvenue
Madame, Monsieur,

Au nom de mes collaborateurs, Abbé Alphonse Seck, Secrétaire Général et l'ensemble des membres de notre Confédération Caritas Sénégal, je vous souhaite la bienvenue et vous exprime notre joie de vous accueillir.

Ce site a pour objectif de vous aider  à trouver des informations sur la vie, la mission, les projets et programmes, les activités, les évènements de Caritas Sénégal et bien d'autres choses encore.

A travers ce site, nous voulons également promouvoir l'esprit Caritas ainsi qu'un élan de solidarité en faveur de ceux qui sont loin de tout et contribuer au développement intégral de l'homme.

Sur le chemin du service de l'Amour et la Solidarité au Sénégal et dans le monde, .vos idées et suggestions nous sont précieuses et les attendons pour mieux progresser ensemble.

Bonne visite et que la bénédiction du Seigneur vous accompagne tous les jours!
 
Son Excellence Mgr Jean-Pierre Bassène,
Evêque du diocèse de Kolda
Président de la Commission de Pastorale Sociale de la Conférence Episcopale
 





Siège National : Km 11, route de Rufisque | BP : 439 Dakar | Tel : (221) 33 834 00 20 | Fax : (221) 33 834 41 97 | Email : info@caritas-senegal.org
Copyright © 2007-2017 Caritas Sénégal - Tous droits réservés - Création Baol Networks